Humeurs d'auteur

« Romance & Préjugés » pour Monbesteller.com 22/07/2015

décembre 3, 2015

« Romance et préjugés »

 

3015513477_1_3_8maQ81qj

Parce que trop souvent les gens catégorisent les genres, estimant, à tort, que toutes les histoires de vampires sont faites pour les adolescents, que tous les polars anglais sont meilleurs que les français, ou bien encore que tout le fantastique se résume à “Donjons et dragons”, je viens aujourd’hui tordre le cou à une vague de pensée qui se propage comme la gangrène : non, la romance n’est pas toujours mielleuse, niaise ni même l’objet d’une mode commerciale !
La romance : un genre littéraire trop souvent vilipendé.

La romance n’est pas une affaire de mode

Ou bien alors, Jane Austen en personne était une avant-gardiste sans conteste ! La romance à parcouru les siècles, unissant tour à tour une esclave et son maître, deux amants perdus du XIXème siècle, Des demis frères et soeurs incestueux ou encore deux ennemis jurés. L’amour et ses nuances n’ont pas d’âge, ni d’époque, c’est universel, et au fond c’est probablement ce qui agace. Avouer que l’on a aimé une romance, c’est admettre à demi-mots une part de sensibilité en nous.

La romance est niaise si nous considérons notre vie comme niaise

La romance n’est pas qu’une lecture pour adolescent. Ce n’est pas la réalité du genre. Les véritables romances, celles qui prennent aux tripes, celles qui nous touchent profondément et nous chamboulent sans mièvreries, ce sont celles où tout oppose nos protagonistes, qui créent le débat qu’il s’agisse de la morale, des codes de bienséance, de la politique, ou bien des idéaux et principes personnels.
Beaucoup de romances connaissent, mettent en scène la tragédie, la fatalité, la souffrance. Et c’est bien cela qui fait leur force. Enfin, non, les romances ne finissent pas toujours bien ! Trouvez-vous par exemple la fin de Roméo et Juliette heureuse ? Qualifieriez-vous les différents récits concernant le comte Dracula de « happy-ending » ?

La romance, c’est aussi une démarche d’écriture spontanée.

Si vous êtes auteur, écrivez-vous pour le plaisir, selon vos propres envies, ou bien dans l’unique but de vendre ? Une majeure partie, je l’espère, posent leur mots sur feuille par amour de l’écriture, tout comme moi. Je doute fort que lorsque les auteurs les plus plébiscités aujourd’hui dans les médias, aient écrits dans un autre but au départ. Certes, un large public aujourd’hui semble chercher des histoires à l’eau de rose, sans doute pour s’évader d’un quotidien trop compliqué. Les gros bonnets du milieu sautent sur l’occasion pour surfer sur la vague, qui les en blâmera ? Chaque lecteur est libre de choisir ses lectures, et d’estimer si oui ou non, telle œuvre relève d’un véritable travail, d’une charmante plume ou bien juste d’un coup de poker commercial. La romance n’est pas l’unique genre plébiscité non plus… les polars le sont tout autant, et la science-fiction grimpe en flèche ces dernières années.

La romance : c’est de l’amour associé à un univers

Chacun peut évidemment proposer sa propre vision de la romance. Mais c’est en revanche trop facile et trop naïf que de la cataloguer sans autre forme de procès comme beaucoup se plaisent à le faire. Comme pour beaucoup de domaines, l’amalgame est infondé, diffamatoire et soulève une certaine étroitesse d’esprit dans notre façon de penser. J’assimile personnellement cela à un préjugé, ni plus ni moins. Concernant ma propre vision de la romance, en ayant écrit plusieurs à ce jour, je la définirais comme un genre où l’amour doit être présent, mais où il ne peut se suffire à lui-même. À chacun de lui associer un univers, des péripéties, des difficultés, qui donnent du relief aux personnages concernés et nous permettent de nous identifier à eux. Plus la quête s’avère complexe, plus on se passionne pour les sentiments. Chacun est libre aussi d’opter pour l’une des centaines de facettes et de nuances que l’amour nous offre. Il n’existe pas une façon d’aimer, mais des centaines. Chaque histoire peut alors devenir unique.

Blandine P. Martin

Only registered users can comment.

  1. Moi quand la romance est l’intrigue principale, je préfère les romances dramatiques, tragiques, ou romance avec suspense de ne pas savoir s’ils vont finir ensemble ou pas jusqu’au bout même si on sait qu’ils vont se rencontrer et s’aimer (pas obligé pour moi d’être des opposés mais avec rebondissements) ou romance réaliste contemporaine où on suit déjà un couple avec ses disputes ou un couple qui va se former et qui traite d’autres questions comme racisme, sexisme etc mais je n’aime pas les romances bisounours du genre ils se rencontrent, ils s’aiment, ils se mettent ensemble et vivent heureux point c’est trop enjolivé et je n’aime pas et la vie n’est pas comme ça, la vie en couple n’est pas comme ça non plus où une fois ensemble c’est pas tout rose jusqu’à la fin, il y a des hauts et des bas comme dans la vie! Et j’adore aussi les thrillers “romance” du genre vengeance et pas de bons sentiments, j’adore les thrillers et les polars car je suis beaucoup surprise et j’adore les surprises, j’adore qu’on me retourne le cerveau, que je ne vois rien venir comme les histoires de secrets etc ou je peux aimer une romance quand elle est secondaire et que justement l’intrigue principale est du genre polar ou thriller

    1. Par définition, si la fin n’est pas heureuse, ce n’est pas une romance.
      Si la fin est tragique, ce n’est pas une romance tragique, mais un drame (bien qu’il y est de l’amour dedans) 😉 D’où ma réponse.
      Il en faut pour tous les goûts 🙂
      Merci pour votre participation et bonne soirée !

      1. Et de toute façon même dans la vraie vie, être en couple peut tourner au drame, au dispute comme je l’ai dit c’est pas “on est en couple et on vécut heureux jusqu’à la fin de notre vie sans embûche, sans dispute, sans drame” ça n’existe pas dans la vraie vie

        1. Vous n’avez pas saisi : j’expliquai ce qu’était la romance selon les codes officiels que l’on se doit de respecter.
          Vous semblez concorde romance (le genre littéraire qui répond à des codes, notamment, celui qui impose une fin heureuse pour le protagoniste, à l’inverse du drame sentimental) et histoire d’amour. Ce sont deux points différents.
          J’ia bien lu vos longs messages et partagent entièrement votre avis.
          En revanche, je vous informe que le genre littéraire de la romance implique une fin positive qu’on le veuille ou non, c’est le code même du genre, pas moi qui l’invente.
          Bref, inutile d’épiloguer ce n’est qu’une incompréhension sur la définition officielle du genre.
          J’ai bien compris vos goûts en matière d’histoire d’amour et de thriller ou suspense. Livre à chacun d’aimer ce qu’il veut.
          La richesse vient d cela différence de chacun.

          Bonne continuation

          1. Je reste pas d’accord car j’ai déjà vu des séries de romance etc et non la romance c’est comment 2 personnages tombent amoureux et se mettre en couple MAIS suspense de savoir s’ils vont finir ensemble ou non c’est ça aussi que vous m’avez pas compris ou alors je me suis mal fait comprendre, dans une romance on sait que 2 personnages vont tomber amoureux l’un de l’autre, vont se mettre en couple ça je le sais et on le sait mais on ne sait pas s’ils vont rompre, finir ensemble ou non dans le temps, s’il y aura un drame et c’est ça la romance

  2. Par ex j’ai vu une série de romance trop bisounours et bâclé qui m’a beaucoup déçue, les 2 personnages sont pas encore en couple c’était des amoureux d’enfance perdus de vue dont la fille le reconnait mais demande à une copine de se faire passer pour elle blabla mais ils retombent amoureux, se mettent en couple et fin sans autre rebondissement, sans voir l’évolution de leur couple, sans obstacle, sans voir les potentiels disputes c’est très bâclé et j’ai été très déçue après il n’y avait que 16 ep mais il y avait des longueurs quand même

  3. La série que j’ai cité je voulais dire ils se mettent ensemble assez rapidement vers l’episode 10 mais de l’episode 10 à 16 ils ne se passent plus rien du tout dans la romance c’est plat, pas de réel rebondissement

  4. La série que j’ai cité je voulais dire ils se mettent ensemble assez rapidement vers l’episode 10 mais de l’episode 10 à 16 ils ne se passent plus rien du tout dans la romance c’est plat, pas de réel rebondissement du coup je me suis ennuyée

  5. mais peut-être que je me suis mal exprimée car la romance dont ce que j’entends tu l’as un peu dit: pour moi c’est 2 personnages qui tombent amoureux, qu’on sait qu’ils vont s’avouer leur amour et être en couple mais on ne sait pas s’ils vont finir ensemble, si leur couple va durer à cause d’obstacles, d’embûches etc c’est les romances trop plates et bisounours sans rebondissements, sans embûche, sans dispute et sans suspense que je critique

    1. Je vous donne une définition officielle, rien de plus.
      Et puisque nous somme d’accord sur tout le reste, pourquoi envoyer 5 message ? 🙂
      Tout va bien dans le meilleur des mondes 🙂

      Bonne journée et bonne continuation ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *