Harper Jones

Saga bit-lit en 2 tomes.

Je vis pour anéantir les siens.
Pourtant, il mon dernier espoir.
 
Mon nom, c’est Harper Jones, spécialiste en sciences occultes et chasseuse de vampires.
Mon enfance m’a conditionnée pour les haïr, les traquer et des années durant j’ai travaillé dans un seul but : venger les miens.
 
Quand une série de meurtres suspects terrifie Londres, je décide de redoubler d’efforts pour débarrasser la ville de ses monstres, quitte à m’allier avec mes pires ennemis.
 
Leur condition ? M’imposer un chaperon.
Un certain Lysandre, vampire lui aussi, et maître dans l’art de me pourrir l’existence… 
Cependant, il y a plus inquiétant encore.
Quelque chose sommeille en moi, une noirceur qui me dépasse et me dévore… 
 
Pourquoi ce vampire semble-t-il connaître le mal qui me ronge ?
Que sait-il de mes origines ?
Cette quête de vérité risque bien de me faire perdre mon âme, mon cœur avec.


Ils l’ont lu :

« La chasseuse de la nuit la plus badass de Londres ! Je l’adore ! Buffy en moins coincée ? Carrément !
Son dada ? L’auteure m’a convaincue que le fantastique cachait bien des surprises, elle démontre aussi qu’elle sait passée d’un genre à l’autre « Fingers in the nose » avec une magie qui lui est propre.
»

Bite me if you can

« Une aventure palpitante ! Je me suis régalée ! Blandine P. Martin ne fait pas dans le classique, ne vous attendez pas à croiser une certaine famille Cullen, par contre, préparez-vous, ce premier tome, il décape. »

Le Monde enchanté de mes lectures

« Blandine P. Martin nous ouvre les portes d’un univers mystique regorgeant de surprises. Elle nous propose de découvrir un monde délicieusement intense et passionnant dans lequel on s’engouffre sans retenue et avec un plaisir inouï. L’auteure parvient à nous transporter avec une aisance dont elle seule à le secret. La plume de Blandine est magique. Elle nous attire et nous envoûte nous laissant même un goût de trop peu à la fin. »

Lire ses rêves

« Ce premier fantastique vampirique de Blandine P. Martin est une réussite incontestable. Je n’ai pas pu lâcher ma lecture, entraîner dans les entrailles de Londres, les meurtres, les mystères, les questionnements et le secret bien enfoui de Harper dont elle ignore tout. Ce tome tient toutes ses promesses ! Je ne suis habituellement pas une fan du genre, mais je dois dire que Blandine P. Martin m’a envoûtée et conquise. C’est un coup de foudre vampirique qui m’a frappée! »

Les Lectures de Karine

« Entre sa jolie plume et son imagination, Blandine nous offre une histoire originale avec des personnages charismatiques.
Je le recommande aux aficionados du genre, surtout s’ils en ont marre d’avoir l’impression de toujours lire la même histoire..
»

Je tu lis


Il me posa une main sur l’épaule et m’invita à tourner les talons. Nous marchâmes quelques mètres pour nous éloigner.

— Vous et moi savons parfaitement qu’il n’est pas question de tueurs en série lambda, Jones.

Je ne répondis rien, il savait parfaitement ce que j’en pensais.

— Vous savez ce que j’attends de vous ?

J’approuvai.

— Oui. Considérez que je suis déjà sur l’enquête, Cooper.

— Inspecteur Cooper.

Il ne manquait pas de culot. Quand bien même il y avait plus important à penser, je ne parvins pas à me taire et lui expliquai les choses à ma façon :

— Dans ce cas, il faudra songer à m’appeler Docteur Jones.

Je le toisai un instant et lus dans son regard toute sa stupéfaction de mâle vexé. Je décidai de m’éloigner de lui. J’avais eu ma dose pour ce soir.

— Docteur Jones ? m’interpella Cooper.

Je soupirai avant de me tourner vers lui, non sans un sourire de victoire.

— Il n’y avait pas une chanson qui portait ce titre dans les années 90 ?

Je redescendis aussitôt de mon trône préfabriqué.

— Si… marmonnai-je, exaspérée.

On me l’avait déjà faite, celle-là.

— Si vous avez terminé vos vannes douteuses, j’ai un vrai boulot qui m’attend, moi.

Je le laissai en plan et filai rejoindre mon vieux cabriolet MG sur le parking. L’urgence était de mise. Cooper avait un sérieux problème de priorisation. Il n’était pas toujours le génie qu’il laissait supposer. En bref, c’était un homme.

Un frisson me parcourut : je me sentais observée, ce soir encore. Quelqu’un me filait, quelqu’un d’assez véloce pour échapper à mon regard expert. Rien ni personne aux alentours, comme toujours. Je démarrai, mettant tout ceci sur le coup de la fatigue. Mais je détestais les coïncidences. Je n’y avais jamais cru, à vrai dire.

Ce site n’appartient pas à Facebook et n’est pas affilié à Facebook Inc.
Le contenu de ce site web n’a pas été vérifié par Facebook. Facebook est une marque déposée de Facebook, Inc.